VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

vendredi 13 mai 2011

Budget Plusieurs entités mises à l'index



L’université sera dans l’ordre du jour de l’application du budget programme
L’université sera dans l’ordre du jour de l’application du budget programme
Le suivi de l’Exécution Budgétaire pour le premier trimestre 2011 se tient à l’immeuble Plan Anosy. Elle a permis de soulever des imperfections.
L'université, la Jirama, la présidence. Tels sont, entre autres, les entités qui ont été pointées du doigt quant à l'application du budget programme, mise en œuvre depuis janvier. Des erreurs ont été constatées dans le cadre de leur exécution budgétaire durant le premier trimestre. « L’université n’a pas établi de compte administratif depuis 2005. Les responsables profitent des différentes tensions au niveau de l’Enseignement supérieur, pour demander une dérogation pour leurs transferts de fonds sans présentation de compte administratif» indique Jean Razafindravonona, directeur général du budget, en la prenant comme exemple, lors de la cérémonie d'ouverture de la revue, hier. « Or, l'inexistence de compte administratif pourrait non seulement entraîner le retard des transferts de fonds vers ces EPN, mais pourrait également signifier un manque de transparence de la part de ces établissements », explique-t-il.
Des critiques ont été lancées, par les représentants des institutions et ministères, à l'endroit de la présidence de la haute autorité de Transition, dans la lenteur de la signature des ordres de mission pour les voyages à l’extérieur. Pour le cas de la Jirama, le manque de prévision a été soulevé.
Difficultés
D'autres problèmes plus généralisés ont été aussi soulevés lors de cette revue. Il s'agit, entre autres, de la mauvaise allocation du taux de régulation, la mauvaise imputation budgétaire, l’oubli de la demande d’autorisation du Premier ministre et du Président, pour un montant supérieur à 200 millions d’ariary, la tentative de recourir au budget 2010. Les difficultés rencontrées par les membres du congrès de la Transition liées à l'absence de reconnaissance internationale, et par la Haute cour constitutionnelle dues, à l'inexistence d'un cadre définitif régissant la Transition. Une situation entraînant une forte hésitation de la part de cette institution, dans la réalisation de ses programmes essentiellement focalisés sur le contrôle des normes et le processus électoral.
C'était une occasion pour le Trésor, représenté par Orlando Robimanana, directeur général, de rappeler que les comptes de dépôts sont destinés aux organes de contrôle et aux établissements publics. Le secrétaire général du ministère des Finances et du budget a précisé que, cette année encore, l’austérité, l’optimisation des crédits et la bonne gouvernance restent le leitmotiv.