VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

lundi 7 janvier 2013

Antananarivo, Madagascar - L’année 2012 n’était pas en faveur d’une éducation sereine à cause de la grève des enseignants. Actuellement, ce problème est loin d’être résolu, ce qui fait qu’en ce début du deuxième trimestre, un nouveau foyer de tension est en gestation, mettant à nouveau en scène les enseignants membres du Sempama et du Fram.




Ce jour marquera la deuxième phase de l’année scolaire 2012-2013, après une pause de deux semaines. En même temps, ce sera aussi la date ultime choisie par les enseignants membres du Sempama et de l’Association nationale des enseignants Fram en activité (Anefa) de remettre sur le tapis le problème financier qui, après une série de suivis auprès des responsables compétents, n’est pas encore été réglé.


Si les enseignants Fram de l’Anefa ont tiré la sonnette d’alarme avant la fête de Noël, aucune solution n’est dans les parages pour satisfaire leur revendication, qui n’est autre que le payement de leurs arriérés de deux mois de subventions. «Nous nous retrouvons dans une situation extrême, qu’aucun ne pourrait supporter, a affirmé le président de l’Anefa, Elidio Randrianjafy, car privé de subvention depuis deux mois, la majorité d’entre-nous reste incapable de régler le loyer, risque de se retrouver à la rue, certains ne mangent plus à leur faim».


Du coté des enseignants membres du Sempama, la preuve de solidarité reste à l’ordre du jour malgré la politique de séparation effectuée par le ministère de l’Education nationale, a affirmé son secrétaire général Bodo Ranivoarisoa. Rappelons qu’au fil de leur manifestation, plusieurs sortes de Sempama, dont le Sempama Miray Saina, ainsi que le Sempama Nosy ont vu le jour. Ce dernier estime par ailleurs de prendre la place du Sempama national qui est supposé n’avoir plus d’existence légale depuis l’année 2002.


A propos de la manifestation proprement dite, il s’agit de revendiquer la reprise des paiements dans le plus bref délai, les salaires des 108 parmi les 168 enseignants, qui ont été concernés par cette décision disciplinaire depuis le mois de juillet dernier.


D’ailleurs le Sempama conteste la décision du Men à travers le décret 7404 du 14 décembre 2012, qui a stipulé le versement des salaires à compter du mois d’août au lieu de juillet.


En outre, le Sempama exige la transparence sur les modalités de recrutement des enseignants fonctionnaires, car si 1700 recrutements ont été prévus, finalement seulement 600 peuvent être supportés par le budget du Men.


Une dizaine de syndicats ont manifesté en 2012


Au compte de l’année dernière, plus d’une dizaine de syndicats ont organisé des manifestations, souvent d’origine pécuniaire, entre autres, le Sempama, la Fram, le Seces, les étudiants, les médecins, les paramed et les greffiers.


Les domaines de l’éducation et de la santé ont fortement été affectés, si on ne parle que de la crainte éprouvée par les patients qui ont été privés de soins à chaque journée morte au cours de la grève des médecins et des paramédicaux. La tenue d’une session spéciale pour l’examen du CEPE dans trois centres d’examens, entre autres Mandritsara, Vohémar et Analalava méritent quand même réflexion car c’est la première fois dans l’histoire de l’éducation nationale malgache qu’un tel cas se présente.