VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

lundi 2 mai 2011

Parlement de la Transition Une session embarrassante

Bernard Ravelonjato, le questeur II du CST


La HAT envoie son message avec l'ouverture de la session ordinaire du Parlement de la Transition, demain.
Les membres des deux chambres parlementaires de la Transition se réuniront en session ordinaire sans avoir réussi finalement à tenir un rendez-vous extraordinaire qui aurait dû avoir lieu en février. Leur première réunion commencera le premier mardi de mai, selon les dispositions de la Constitution soumise au référendum du 17 novembre 2010. Mais son organisation reste délicate en attendant le sommet de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) sur Madagascar, prévu pour le 20 mai.
Joint au téléphone, Raharinaivo Andrianatoandro a affirmé, hier, que la session parlementaire ordinaire, qui va s'ouvrir officiellement demain, « ne se limitera pas à l'examen du code électoral ». D'après lui, elle va statuer, entres autres, sur la loi d'amnistie, la loi sur les partis ainsi que sur le statut des anciens chefs d'État suivant l'esprit de la feuille de route de sortie de crise. 
Approche stratégique 

Avec un tel discours, le président du Congrès de la transition (CT) a voulu manifester une certaine détermination dans la mise en œuvre du plan paraphé au Centre de conférence international, à Ivato. Mais il s'est montré prudent sur les détails. « Je n'ai pas encore fini la lecture du projet de loi sur le code électoral. On verra mardi », s'est-il esquivé.
Du côté du Conseil supérieur de la transition (CST), des indiscrétions ont confié que seule la proposition de texte sur le Conseil du Fihavanana Malagasy est déposée au palais d'Anosikely, jusqu'à maintenant. Un responsable auprès de l'institution a avancé que dans un tel contexte, convoquer les membres du Parlement de la Transition pour une réunion ordinaire, sous la base de la Constitution, s'analyse plutôt comme une stratégie qu'un juridisme.
Le questeur II du CST, Bernard Ravelonjato, quant à lui, s'est montré réaliste en soulevant que la session va s'ouvrir et les parlementaires de la Transition disposent de deux mois pour agir. « À l'image des réunions habituelles à l'Assemblée nationale, ils (les parlementaires de la Transition) vont gérer la session suivant l'arrivée des propositions et projets de textes auprès de leurs institutions », a-t-il mentionné, hier.
Dans le camp de l'opposition, Emmanuel Rakotovahiny, de la mouvance Zafy, se pose des questions sur l'opportunité de cette réunion. Il a évoqué que les partisans de la Haute autorité de la transition (HAT) « continuent à s'illustrer par leur unilatéralisme alors qu'ils devraient s'inquiéter face à la situation ». L'ancien Premier ministre a, dans la foulée, indiqué que Andry Rajoelina n'est pas logique avec lui-même en menant des tractations en Afrique, par peur de la résolution du sommet de la SADC du 20 mai. Il a, par contre, insisté sur la session parlementaire.
L'interlocuteur a profité de l'occasion pour pointer du doigt les membres du CT. « Ils ont évoqué des problèmes de distribution de choux pour destituer leur chef », a-t-il affirmé lors d'un entretien, en faisant allusion à Raharinaivo Andrianatoandro.