VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

mardi 12 octobre 2010

Constructions paracycloniques : Le "Falafa" a toujours la cote


Selon le fascicule pour constructions paracycloniques 2010, les constructions les plus vulnérables sous l'effet du vent sont les constructions à couverture légère. Et pourtant les maisons malgaches sont généralement des cases traditionnelles en falafa, ou en pisée. L'on note ainsi une couverture en feuilles de "fontsy",  ficelées sur des lisses en bois rond. 

En outre, la couverture en bac acier ou en tôle ondulée est couramment utilisée à Madagascar en raison de leur coût. Cependant, son exécution nécessite la prise en compte de certaines précautions. En effet, elle a en charge d'assurer le transfert aux divers organes de fixation et jusqu'aux fondations des pressions qu'elle reçoit du vent (dépression sur la face extérieure se conjuguant avec une surpression à l'intérieur du logement). Selon les explications recueillies auprès de Ramamonjisoa, expert en construction paracyclonique, ce type de couver-ture peut  engendrer de grandes déformations, voire la rupture des tôles. Une rupture des tire-fonds est également possible lors des saisons cycloniques. Ce dernier de mentionner qu'il est essentiel d'équilibrer l'espacement des pannes avec l'espacement des vis de fixation, d'assurer une pénétration minimale de 40 mm pour les vis à bois. 

Mesures

La gestion du risque cyclonique repose en grande partie sur la surveillance météorologique et sur une mise en alerte progressive de la population exposée, ainsi que sur les actions d'information sur la conduite à tenir avant, pendant et après le passage du cyclone. Mais la réduction des bilans humains et économiques passe également par la mise en place de stratégies constructives adaptées et par un contrôle rigoureux du respect des règles établies. La partie Nord de l'île est la plus fréquemment exposée aux risques de cyclones par rapport à la partie Sud et le Centre où l'effet de freinage du sol réduit de façon sensible la vitesse du vent. La zone de Taolagnaro est, par contre, très souvent sollicitée par des vents d'alizé assez soutenus ; les valeurs proposées pour cette zone en tiennent compte. 

Concernant la couverture en bac acier, qui ne résiste pas aux forces des cyclones, elle doit faire l'objet de dispositions spécifiques fixées par le Bureau d'études selon les zones d'influence cycloniques. Pour les cases dites "traditionnelles", force est de constater que leur conception à base de matériaux végétaux rend délicat leur classement parmi les constructions normalisables au sens technique du terme.