VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

lundi 25 juin 2012

Madagascar: l'armée poursuit sa traque des voleurs de bétail


Plus de 100 militaires malgaches ont poursuivi à pied jeudi leur traque des voleurs de bétail à l'origine de la mort d'au moins six d'entre eux dans le sud-est de Madagascar, a indiqué la gendarmerie nationale.
Selon l'ONU, il y a eu 17 morts, dont onze sont en cours d'identification, lors d'une fusillade entre les voleurs et l'armée le 9 juin dernier.
"Plus de cent militaires sont sur le terrain et progressent à pied aidés par guide et un ULM qui survole la zone. Le but c'est principalement d'arrêter Remenabila, le chef", a déclaré à l'AFP le colonel Tahina Rakotomalala, chef de service des opérations de la gendarmerie nationale.
"On ne peut pas foncer tout droit sur le village où ils se trouvent car il y a des enfants, des femmes des personnes âgées. On doit prendre des précautions pour éviter les bavures", a de son côté affirmé le général Randriamanazary, secrétaire d'Etat de la gendarmerie nationale.
Les forces de l'ordre affirment collecter d'abord un maximum d'informations sur le dénommé Remenabila, dénoncé à plusieurs reprises par des villageois, victimes de vols de zébus dans le district de Befotaka. "Les militaires n'ont jamais vu cet homme, c'est difficile de l'identifier", a souligné le général Randriamanazary.
Selon un rapport établi jeudi par l'ONU, 1.800 personnes auraient fui la zone.
Pratique ancestrale locale, considéré comme un signe de virilité dans certaines sociétés du sud de Madagascar, le vol de zébus a changé de nature, par sa violence, son ampleur et le trafic qu'il alimente, bénéficiant de complicités à tous niveaux.
Les voleurs, traditionnellement connus sous le nom de "Dahalo", utilisent des moyens qualifiés par les autorités de "grand banditisme".
Ils sont retranchés dans une zone d'accès malaisé, où les militaires doivent dormir à la belle étoile et où les Dahalo sont avantagés par la connaissance du terrain.
Le président de la Transition Andry Rajoelina ne s'est pas exprimé publiquement depuis la fusillade du 9 juin, et aucune mention n'a été faite sur l'avancée des opérations, à l'issue du conseil des ministres.
Selon des sources proches du dossier, les Dahalo bénéficient d'un réseau de corruption et de complicités dans l'administration pour écouler les zébus volés.
Lundi, le gouvernement a rétabli la suspension des exportations de zébus afin de tarir les revenus d'un éventuel trafic de bétail volé.
AFP