VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

vendredi 27 janvier 2012

KMDT: Ultimatum de 24h au PHAT





La sphère de la politique locale a été assez mouvementée ces derniers temps, comme l’en témoigne les récents évènements. Marcellin Razanakoto n’a pas manqué de lancer de vives réactions par rapport à cette situation.
Marcellin Razanakoto, président national du « Komity Miaro ny Demokrasia sy ny Tolom-bahoaka » (KMDT) a lancé un ultimatum de 24h au président de la transition Andry Nirina Rajoelina à faire preuve de patriotisme en déposant sa démission et à remettre le pouvoir au peuple. Le politicien n’a pas mâché ses mots, à l’occasion d’une conférence de presse tenue hier au Motel d’Anosy, en fustigeant l’issue du mouvement populaire initié par le numéro un de la transition et ayant occasionné une profonde déception des partisans du 13 mai. « Nous assistons actuellement à différentes formes d’ingérence de puissances étrangères, nous n’avons de cesse de solliciter l’intervention étrangère car nous sommes incapables de gérer nos propres conflits », estime Marcellin Razanakoto, qui a mis en relief les différentes étapes du processus de résolution de crise, placé sous l’égide de la SADC.
Pour le KMDT, les échecs que nous avons maintes fois essuyés (Maputo, Addis-Abeba, Afrique du Sud, …) pour cause d’indécisions sont lourds de conséquences, car c’est le peuple qui en pâtit. Crise prolongée, pauvreté grandissante et souveraineté piétinée, autant de facteurs ayant amené le KMDT à tirer la sonnette d’alarme.
Marcellin Razanakoto d’exhorter les forces vives de la nation dont les Forces armées, la Gendarmerie, la Police ainsi que les différents mouvements syndicaux à faire preuve de solidarité afin de sauver la nation.
Face aux réactions « impulsives » de leur confrère Marcellin Razanakoto, le Fiombonan’ny Malagasy Bemiray (FBM), une branche du KMDT, a fait savoir que ses membres n’ont en aucune façon rien à voir avec les affirmations « gratuites » de Marcellin Razanakoto et déclinent toutes responsabilités quant aux conséquences de ses propos. Et d’ajouter que Marcellin Razanakoto n’avait pas consulté au préalable ses confrères du KMDT ni obtenu leur accord pour tenir cette conférence de presse.