VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

mercredi 7 septembre 2011

Amnesty International va enquêter à Madagascar



Amnesty International ne lâche pas Madagascar. L’organisation va retourner sur la Grande Île y poursuivre son enquête à propos des violations des droits de l’Homme, nous apprend Le Mauricien.

La mission d’Amnesty International (AI) se tiendra du 9 au 22 septembre 2011. Lindley Couronne, directeur de la section mauricienne de l’organisation, en sera le responsable. Christian Mukosa, un chercheur d'AI, l'épaulera dans cette tâche.


«Notre mission consistera à faire un constat sur le terrain de l’évolution de la situation quant au respect des droits humains à Madagascar depuis la soumission du dernier rapport d’AI sur ce sujetl’année dernière», détaille Lindley Couronne.

La crise politique débutée en décembre 2008 a généré nombre de dérives qui ont poussées AI à conduire une première enquête en juin 2009. Celle-ci avait révélé de graves violations des lois malgaches et des règles internationales relatives aux droits de l’Homme.

L’ONG, qui avait recommandé que des mesures soient prises pour améliorer ces points défaillants, a eu vent de nouvelles exactions sur la Grande Île. D’où ce retour sur le terrain.


«Notre mission cette fois va aller voir sur le terrain les progrès accomplis et/ou si les violations continuent. Nous avons effectivement des rapports de différentes sources qui nous déclarent que les violations continuent», précise Lindley Couronne.

Parmi ces sources, ce communiqué rédigé par plusieurs ambassadeurs occidentaux à Madagascar. Le 5 septembre, ces derniers faisaient part de leur préoccupation vis-à-vis des«rapports qui ont indiqué […] qu’un citoyen Malagasy a succombé à ses blessures pendant sa détention par la police» et du «climat de peur, d’intimidation et de violence qui continue à s’intensifier suite à l’actuelle crise». Les forces de l’ordre ont, pour leur part, nié la première accusation.

Dans le cadre de leur nouvelle enquête, les délégués d’Amnesty International vont rencontrer de nombreux intervenants de la vie malgache, à commencer par Andry Rajoelina, président de la Haute Autorité de Transition (HAT), au pouvoir depuis mars 2009. Seront également entendus d’autres membres de la HAT, des membres de l’opposition, des ONG et des journalistes locaux, ainsi que des victimes présumées de violences.