VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

lundi 6 juin 2011

Sommet de Gaborone : la presse indépendante éliminée !

Gaborone sera-t-il la fin d'un rêve, celui de voir le bout du tunnel ? On ne le sait. Hier, en tout cas, ils sont venus, ils sont tous partis. En fait, à l'aéroport d'Ivato, les membres des délégations malgaches se sont littéralement bousculés au portillon, au guichet...  Sauf les journalistes. Plus exactement, certains membres de la presse indépendants. Puisque les confrères, connus pour leur allégeance à la HAT, sont partis, des invités privilégiés. Ceux qui font preuve de neutralité, d'impertinence à l'égard du pouvoir ont été purement et simplement éliminés. Sans ménagement. Pourtant, au nom de la diversité de la liberté d'expression, la présence, lors de ce sommet de Gaborone, de journalistes libres auraient été nécessaires afin qu'ils puissent donner un autre son de cloche, différent de celui diffusé par la presse officielle ou partisane…
En effet, selon l'éthique de la profession, la presse ne devrait pas se réduire à un simple petit rapporteur des communiqués des uns et des autres. Ce qui est, évidemment, le cas à l'occasion de ce sommet de Gaborone. Du côté de la mouvance Ravalomanana a ainsi emmené dans ses " bagages " un journaliste d'un quotidien proche de l'ancien président. Et dans le camp du mouvement TGV, les organes qui soutiennent depuis M. Rajoelina sont représentés à cette rencontre. Les autres ont été écartés. Injustement.
Ces " autres " s'avèrent, cependant, utiles dans le but précisément de déceler la face cachée dudit sommet, d'entendre les rumeurs et de sentir les humeurs dans les coulisses… Des éléments essentiels destinés à éclaircir les lecteurs quant à l'enjeu de la réunion en question. Bref, l'opinion doit se contenter des communiqués respectifs des chefs de délégation. Pire : le public malgache n'aura à mettre sous la dent que les photos officielles et les commentaires, la langue de bois des " envoyés spéciaux ". C'est là une sorte de pied de nez en direction de la presse libre malgache. L'absence de journalistes objectifs à Gaborone est, donc, inacceptable, intolérable. En fait, on croit savoir que, selon la présidence de la HAT, les médias qui disent la " vérité ", appartiennent automatiquement  à l'opposition. Ce qui est faux ! Des médias qu'on prive d'ailleurs, à titre de sanction, de publicités institutionnelles (ministères de l'Agriculture, de la Santé...). Beaucoup de titres ont subi de telles représailles du temps de Ravalomanana, mais ça continue encore sous Rajoelina. Oh que tout cela vole bas, se trouve au ras des caniveaux !