VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

lundi 21 février 2011

Entreprenariat au féminin: Madagascar sera au forum du Caire

73% des femmes actives travaillent dans l’agriculture, contre 27% dans d’autres secteurs essentiellement basés en ville. Ces données de la dernière Enquête démographique et de santé (EDS) de l’Institut national de la statistique (INSTAT) montrent à quel point l’importance des femmes dans les activités économiques et surtout dans le secteur agricole où 80,5% de la population active travaillent, d’après l’Enquête périodique auprès des ménages (EPM 2010). Si d’habitude, la femme est connue pour sa volonté et son dynamisme, l’évolution de l’économie nationale et de la lutte contre la pauvreté ne coïncident pas avec cette image. Les crises successives nationales et internationales ne sont pas pour lui faciliter les choses. Un pays comme Madagascar ressent les impacts d’une crise mondiale 2 ans après d’après des économistes. Depuis l’année dernière donc, le pays commence à ressentir les contrecoups de la crise économique mondiale. Un problème qui risque encore de s’intensifier, sans parler des problèmes dans le sillage de la crise politique. Madagascar n’est pas le seul Etat concerné par ce double problème. C’est pour cette raison que l’Organisation internationale du travail (OIT) initie avec la Banque africaine de développement (BAD) la plateforme d’action du Caire pour le développement de l’entreprenariat au féminin. 
Madagascar sera présent à ce second forum prévu en mai 2011, s’il ne l’a pas été au 1er organisé en 2009. Les 23 et 24 février, le bureau pays de l’OIT à Antananarivo organisera des réunions de consultations pour recueillir les points de vue et les visions sur ce processus de développement de l’entreprenariat au féminin. Y participeront les acteurs nationaux, les parties prenants et les partenaires du processus. En ce qui concerne le 1er forum, 4 objectifs stratégiques y ont été définis. Il s’agit de créer et de renforcer un environnement institutionnel et législatif comprenant des mesures incitatives et un soutien à la mise en œuvre de politiques et stratégies de renforcement du développement de l’entreprenariat féminin et de création d’emplois décents et de revenus durables. L’atteinte de cet objectif n’est pas facile même si les femmes malgaches peuvent avoir un compte bancaire sans l’aval de leur mari, créer leur propre entreprise… Bref, la liberté d’entreprendre existe pour la grande majorité des femmes malgaches. Mais il leur manque l’environnement incitatif : le pays ne dispose pas d’une politique sur le développement de l’entreprenariat féminin et n’offre aucune mesure incitative en matière de création d’entreprises et d’emplois.
Au plan régional, le 1er forum vise comme objectif d’intégrer le développement de l’entreprenariat féminin dans les politiques et stratégies nationales de développement de l’Afrique. Là aussi, le chemin est encore long. Sinon, l’objectif à l’échelle internationale est de mobiliser les bailleurs de fonds et le système des Nations unies à intégrer ce processus dans leurs politiques et programmes de coopération technique. Par ailleurs, les femmes entrepreneurs sont encouragées à renforcer leurs capacités organisationnelles et managériales, à plaider en faveur de leurs besoins et de l’égalité homme/ femme.