VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

lundi 6 décembre 2010

Insuffisance alimentaire : une autre crise qui couve dans le pays

Evènement à dessein humanitaire hier au siège du Programme alimentaire mondial (PAM) à Andohan’i Mandroseza. Hier en milieu de la journée y a été en effet annoncée la poursuite par le gouvernement français des actions en faveur de la lutte contre l’insécurité alimentaire à Madagascar. C’était en fait lors d’une conférence de presse qui a vu la présence de l’ambassadeur de France Jean-Marc Châtaigner, de la représentante du PAM à Madagascar Krystyna Bednarska, mais aussi celle des représentants des autres partenaires dans cette lourde tâche, le SAF/FJKM et les Croix Rouges (malgache et française).      
A vrai dire, des années durant, la situation alimentaire a toujours été plus que préoccupante à Madagascar. Et elle risque de s’aggraver encore plus dans les années à venir si des mesures appropriées ne sont pas prises. Encore faut-il mentionner qu’il n’y a pas que la crise qui est à l’origine de cette « catastrophe silencieuse », pour reprendre l’expression de Jean-Marc Châtaigner. Car d’une part, les conditions climatiques défavorables comme la sécheresse et les cataclysmes naturels ne peuvent que provoquer la famine dans le pays. Et de l’autre, les besoins qui sont au-delà des possibilités actuelles des parties prenantes dans la lutte contre ce menaçant fléau, comme l’a fait savoir la représentante du PAM à Madagascar.
Toujours selon Krystyna Bednarska, le nombre de communes de la partie sud de l’île à difficultés alimentaires avancées n’a cessé d’augmenter depuis ces dernières années. De 2008 à 2010, ce nombre est passé de 31 à 53, a-t-elle précisé tout en informant que dans certaines zones les plus frappées, les gens ne trouvent d’autres solutions à part la consommation de leurs semences pour la prochaine saison agricole. Tandis que dans d’autres zones, en l’occurrence la partie sud-est du pays, les séquelles du passage du cyclone Hubert au mois de mars dernier se font toujours sentir. D’où la décision de la Croix Rouge malgache de renforcer les structures de soutien aux populations desdites régions pour l’année 2011.