VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

lundi 6 décembre 2010

Alea jacta est !

Et voilà ! On entre de plain-pied dans la quatrième République ! Le sort en est jeté, Le TGV a pris tout le monde de vitesse. La proclamation des résultats du scrutin référendaire du 17 novembre vient de se faire hier 6 décembre 2010.
La Présidence de la Haute autorité de transition appelle à la liesse populaire pour la promulgation de la naissance de la 4e République le samedi 11 décembre prochain. Assurément, cela va être un jour faste pour les habitants de la ville d’Antananarivo en particulier qui verront en même temps l’inauguration de leur nouvel Hôtel de ville.
La cérémonie de mise en place officielle de la quatrième République de Madagascar, le samedi 11 décembre prochain, sera à n’en pas douter, au vu des précédentes journées festives organisées durant la transition, baignée d’une ambiance folle. Des feux d’artifice et des shows assurés par de grands artistes seront au programme et ce, dans  chaque chef-lieu des 6 anciennes provinces. La Grande île se retrouve donc une fois de plus à la croisée des chemins, un baroud d’honneur à la troisième et un grand… viva pour la quatrième !
Au niveau national donc, tout est au beau fixe, car proclamation aidant, la légalisation du régime en place tendrait à une légitimation… de fait comme à l’accoutumée. Les leaders des autres mouvances n’auront que leurs yeux pour pleurer face à cette situation. D’autant qu’une ancienne figure politique de la Grande île vient de décéder loin de l’île, au large des côtes du côté du Mozambique, laissant comme un arrière gout d’amertume sur les bords.  La famille d’Ampy Augustin Portos a en effet annoncé que ce dernier  vient de décéder  à 70 ans, samedi au Mozambique. Les vieux loups de la politique à Madagascar en auront pas mal de ressentiments à coups sûr ! Cela pourrait sûrement hypothéquer toute velléité de retour au pays pour bon nombre d’exilés, à moins que cela ne fasse l’effet contraire… allez savoir. En tout cas, les vieux briscards restés au pays risquent fort de ne pas s’en remettre avec pareille disparition de peur que cela ne fasse un effet d’entraînement, un début de la fin en somme avec le plébiscite annoncé d’un jeunot au sommet du pouvoir.