VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

vendredi 4 janvier 2013

Madagascar: Israël au chevet de la Transition




Le président Andry Rajoelina met en exergue les résultats de sa rencontre avec le président israélien, hier à Tel-Aviv. C’était durant son «pèlerinage» dans le haut lieu du judaïsme.
La présidence de la Transition exulte. Elle s’enthousiasme de la rencontre d’Andry Rajoelina, président de la Transition avec le président israélien, Shimon Peres, «axée sur la relance des relations» entre Madagascar et Israël, hier à Tel-Aviv.

«Shimon Peres a annoncé à Andry Nirina Rajoelina qu’Israël est prêt à accompagner et à soutenir Madagascar, notamment dans le secteur du développement», rapporte le communiqué de la Présidence publié hier soir. «Des experts israéliens vont œuvrer dans ce sens pour dégager, en collaboration avec de hauts responsables malgaches, les grandes lignes et stratégies afférentes», poursuit l’annonce officielle.
Le domaine de la sécurité a été également abordé au cours de la rencontre «hautement positive» entre les deux personnalités. «Israël accompagnera, sur tous les plans Madagascar dans ce domaine pour que le peuple malgache vive dans la quiétude, dans la sérénité et dans la paix, afin de pouvoir s’atteler à ses tâches et attributions quotidiennes pour le développement de sa Nation», soutient le communiqué officiel.
Aucune précision n’est donnée sur cet «accompagnement sur tous les plans». Des mauvaises langues pronostiquent l’éventualité d’acquisition, entre autres, de drones pour les forces armées, mais également l’arrivée d’experts, tel qu’il est évoqué dans le domaine du développement.

L’on ignore si Andry Rajoelina s’entretiendra avec le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, l’homme fort de l’État hébreu régi par un régime parlementaire. Mais des sources ont laissé entendre cette possibilité.
L’initiative du président de la Transition ressemble à un message de «changements» avec cette volonté d’accélérer la «relance des relations» entre les deux pays.
Offensive diplomatique Le déplacement présidentiel intervient, alors que l’ambassadeur non résident israélien, Yoram Elron, attend encore le moment de présenter ses lettres de créance.

L’offensive diplomatique intervient au moment où le pays se trouve à la croisée des chemins et l’on ne manque pas de faire un lien entre les événements. L’opinion aussi bien nationale qu’internationale attend la position d’Andry Rajoelina à propos des résolutions du Sommet de la Communauté de développement de l’Afrique australe pour sortir de la crise.
Un analyste politique voit derrière ce voyage en Israël une tentative de «lobbying détourné» qui a pour objectif d’atteindre les États-Unis, qui ne sont pas en bon terme avec Andry Rajoelina. Ce dernier chercherait ainsi à se rapprocher du puissant lobby juif pour influer sur la position américaine dans la crise malgache. Une «manœuvre qui risque d’être inefficace dans le cadre d’une approche auprès de l’Exécutif, qui dépend du Parlement, représentant les lobbies juifs», décrit-il.
Le déplacement en Israël s’apparente en même temps à un signe de réorientation diplomatique dans les hautes sphères. Andry Rajoelina s’est rapproché des pays arabes comme la Libye et l’Algérie lors de son accession au pouvoir, avant de se tourner vers la Turquie. Cette fois-ci, il tente un réchauffement diplomatique avec Israël.
Prière devant le Mur des lamentations
Andry Rajoelina, président de la Transition, ne déroge pas à la règle. Hier, il a prié «pour la Nation et le peuple malgaches» devant «le Mur des lamentations» «pour que ceux-ci vivent dans la sérénité et dans la paix», selon le communiqué officiel.
Le même communiqué ne rate pas l’occasion pour rappeler que tout chef d’État et de gouvernement de passage en Israël, ne manque pas d’en faire autant devant les vestiges du Temple de Jérusalem, haut lieu du judaïsme. Il cite, en particulier, le président américain Barack Obama «à la date du 24 juillet 2008».
Source: L’express de Madagascar