VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

vendredi 4 janvier 2013

andidats aux élections au starting block

Antananarivo, Madagascar - La trêve de fin d’année devrait prendre fin très rapidement. 2013 étant censée être une année électorale, toutes les formations politiques qui présenteront des candidats devraient décupler leurs activités si elles veulent peser sur l’avenir politique du pays. Déjà, des semaines avant la fin de l’année, plusieurs candidats aux élections présidentielles ont déjà entamé leur précampagne en visitant le plus de régions possibles. Ils devront continuer dès ce mois de janvier et leurs activités iront crescendo au fur et à mesure que le 8 mai 2013 approche.



Mais en attendant, plusieurs points devront d’abord être éclaircis. En premier, il y a cette candidature ou non d’Andry Rajoelina. Certains candidats ne manqueront en effet de définir leur stratégie électorale en fonction de cette donne importante, d’autant qu’ils savent que Marc Ravalomanana ne sera pas de la course, de même que l’actuel Premier ministre Omer Beriziky qui soutient l’option «5 ni » (ni Ravalomanana, ni Rajoelina, ni Ratsiraka, ni Zafy, ni Beriziky).


L’autre point qui sera fortement débattu est relatif à l’amnistie. En effet, plus d’une année après la signature de la Feuille de route, le Conseil de la Réconciliation malgache (CRM) n’est pas encore mis en place, du moins ses membres ne sont pas encore nommés. Or, celui-ci est appelé à jouer d’importants rôles dans le processus d’amnistie. Par ailleurs, les signataires de la Feuille de route devraient réfléchir également sur la question étant donné les dernières résolutions de la Sadc qui estiment que l’amnistie doit être prise afin de permettre le retour au pays de Marc Ravalomanana.



Campagne officieuse


Justement, ce retour de l’ancien chef de l’Etat constitue l’autre question importante à aborder pour cette année 2013. Les partisans de celui-ci en font actuellement leur principal cheval de bataille. Ceux-ci estiment qu’aucun apaisement ne serait instauré tant qu’il reste en exil. Le forfait de Marc Ravalomanana


aux futures élections présidentielles doit être ainsi vu comme une concession devant lui permettre de revenir au pays sans qu’il ne soit pas inquiété en dépit des décisions judiciaires qui l’ont condamné.


Concernant d’autres candidats annoncés ou potentiels, nombreux attendent avec impatience cette mesure d’amnistie. Tantely Andrianarivo, Pierrot Rajaonarivelo, Boniface Zakahely ou encore Jean-Eugène Voninahitsy sont suspendus à la décision que prendront les institutions en charge de l’amnistie. Leur avenir politique en dépend en grande partie. Quoi qu’il en soit, ils n’attendront pas la sortie d’une telle décision pour commencer leurs activités liées aux élections. Tout laisse transparaitre que dès la semaine prochaine, toutes les personnes potentiellement candidats soit aux élections générales soit aux élections régionales partiront en campagne « officieuse ». La vie politique nationale risque donc de connaitre d’autres effervescences dans les jours et les semaines qui viennent.