VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

dimanche 28 août 2011

RN 4 Une sortie de route près de Sohisika

L’accident a causé des dégâts importants (Photo Vero Andrianarisoa)


La route nationale 4 est de nouveau le théâtre d’accidents de voitures depuis le début des vacances. L’imprudence et l’excès de vitesse sont toujours les causes majeures de ces incidents.
Depuis mercredi, plusieurs accidents s’étaient produits sur la route reliant la capitale à Mahajanga.
Comme c’était le cas de celui qui a eu lieu sur un virage en épingle, près de la réserve Sohisika, à une cinquantaine de km d’Ankazobe. Un taxi-brousse de marque Mercedes, appartenant à une coopérative nationale, a mal négocié le virage et a fait une sortie de route, après avoir fait un tonneau. Puis, il a fini sa course contre un tronc d’eucalyptus.
Imprudence
Le toit de la voiture était totalement endommagé et tous les bagages s’étaient éparpillés un peu partout. Fort heureusement, aucune victime n’ait été déplorée ni de blessure mortelle. La plupart des passagers, des femmes et des enfants, étaient sous le choc. Ils faisaient partie d’un groupe de la mission protestante FJKM Ambohipo, qui devait rejoindre Antsiranana pour le fameux « rodorodom-pitoriana» prévu se dérouler à partir de ce samedi. Pour cela, une centaine de cars et minibus étaient déjà en route, depuis mercredi, pour rejoindre la capitale Antsiranana.
Les chauffeurs devront faire preuve de prudence et de précaution pour éviter que ce genre d’incident ne se reproduise. L’on constate surtout que les véhicules tout terrain, au retour vers la capitale, s’amusent à faire la course. De même, les camions et semi-remorques vides roulent à une vitesse incontrôlée.
Par ailleurs, l’utilisation du téléphone portable au volant est également source d’accidents. La majorité des conducteurs d’une coopérative passe 80% du trajet à recevoir et à répondre à un appel.
Les autorités et police de la route devront appréhender ce genre de chauffards, mais ils n’arrivent jamais à les attraper car les récalcitrants sont très malins. Ils interrompent leur communication lorsqu’ils passent devant les postes de gendarmerie. Les passagers s’inquiètent beaucoup jusqu’à leur arrivée à destination.