VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

jeudi 10 mars 2011

réactions mitigées au paraphe de la feuille de route

e

Andry Rajoelina, Président de la HAT (DR)
La feuille de route pour sortir Madagascar de la crise politique paraphée mercredi après-midi à Antananarivo, la capitale malgache, a suscité des réactions de la part des personnalités politiques et des représentants diplomatiques travaillant à Madagascar.
L’ émissaire de la Communauté de développement de l’ Afrique Australe (SADC), Léonardo Simao a déclaré mercredi soir "avoir franchi une étape importante par le paraphe de cette feuille de route à l’ issue de négociations parfois difficiles".
"Ce document constitue maintenant une base commune sur laquelle il appartient à la classe politique malgache de constituer un gouvernement transitionnel inclusif. Lequel aura surtout la principale tâche de préparer le pays à des élections crédibles, libres et transparentes. Ce n’ est qu’ à l’ issue de ces élections que nous pouvons considérer le retour de Madagascar à l’ordre constitutionnel", a-t-il iniduqé.
Huit grandes entités politiques et plus d’ une cinquantaine de petits partis politiques, ont apposé leur paraphe en bas de ce document en affirmant que seule cette feuille de route est la solution à la sortie de crise malgache qui a tant durée.
Le président du Congrès de la transition, Raharinaivo Andrianatoandro a affirmé que "le principe de l’inclusivité est bien décrite dans cette feuille de route" qui "respecte l’ intérêt supérieur de la Nation", et d’ajouer : "Je pense que nous sortirons bientôt de cette crise politique".
"La feuille de route couronne les actions de persuasion auprès des autres mouvances et sa signature est une bonne chose pour la Nation", a affirmé un conseiller spécial à la primature de la transition.
Concernant les trois mouvances des anciens présidents malgaches dont Didier Ratsiraka, Zafy Albert et Ravalomanana, ils affirment que "nous demeurons fermement convaincus que cette feuille de route n’ apportera pas la solution à la crise".
Par la suite, les trois mouvances interpellent la communauté internationale à l’ organisation d’ une rencontre au sommet entre les quatre chefs de file et les autres tendances politiques dans la capitale.
Le chef de la délégation de la mouvance Ratsiraka, Ange Andrianarisoa a précisé que "cette réunion n’ est pas en vue d’ instaurer un gouvernement bis ou insurrectionnel mais nous estimons simplement que toutes les parties prenantes à la résolution de la crise doivent se mettre autour d’ une table".
Le secrétaire général du parti de l’ ancien président malgache Marc Ravalomanana et chef de sa mouvance, Mamy Rakotoarivelo, a considéré que les paraphes ne signifiaient pas que cette feuille de route soit la définitive, et que d’ autres propositions d’ amendement devraient encore être adressées à M. Simao avant qu’ ils signeriont définitivement la feuille de route.
L’ ambassadeur de France à Madagascar est déjà catégorique en affirmant que "aucune révision ne sera plus possible à cette feuille de route" et qu’ il faut maintenant "s’ atteler à la réalisation de tout ce qui y est mentionné".
Madagascar tente de sortir d’ une crise déclenchée il y a deux ans. Plusieurs négociations ont déjà été effectuées et des accords établis, sans avoir aboutit à une transition consensuelle.
De nos jours, la feuille de routes proposée par l’ émissaire de la Communauté de Développement de l’ Afrique Australe (SADC), Léonardo Simao, en fin janvier dernier et corrigée par Joaquim Chissano en mi-février, est considérée par certains analystes comme le meilleur moyen pour résoudre la crise politique malgache.