VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

jeudi 27 janvier 2011

Madagascar : La pauvreté touche les 76,5% des malgaches


La pauvreté touche les 76, 5% de la population malgache, a-t-on appris dans le résultat descriptif de la 8è enquête périodique auprès des ménages (EPM 2010) effectuée par l’Institut National des Statistiques (INSTAT).
Selon cette enquête périodique de deux ans, le taux de la pauvreté à Madagascar a augmenté à 76,5% en 2010 contre 68,7% en 2005.
Normalement, cette enquête devrait avoir lieu en 2009 parce qu’ il n’y en a pas eu en 2007, mais à cause de la crise politique, qui a été très chaude dans le pays en 2009, l’INSTAT a choisi de la réaliser en 2010, cinq ans avant l’achèvement de l’objectif du millénaire pour le développement, a dit le directeur général de l’ INSTAT, Gérard Ravelomanatsoa.
Financé conjointement par l’Unicef, l’UNFPA, le PNUD, et le programme de renforcement de capacité de la Banque africaine pour le développement, l’INSTAT, qui est un institut public pour les statistiques à Madagascar, a pris 12460 personnes pour échantillon, représentant environ 0.87% des 21 millions d’habitant dans le pays.
L’EPM 2010 révèle que 66% de la population de la capitale de Madagascar sont pauvres, ce taux est le plus bas par rapport à d’ autres provinces, tandis que dans la province de Fianarantsoa, située à 410 kilomètres de la capitale, près de 90% de la population sont pauvres.
Dans les milieux ruraux, le taux de pauvreté atteint plus de 82% contre moins de 55% dans les milieux urbains, indique l’EPM 2010.
Cette enquête montre que les deux tiers des chefs de ménage malgaches nourrissent leurs familles par l’agriculture mais avec des petites exploitations.
Une grande disparité est observée entre les familles riches et pauvres parce que les 20% des familles riches àMadagascar accaparent les 47% du revenu total de la population malgache.
Demandé sur les facteurs de ce taux de pauvreté de Madagascar, le directeur général de l’INSTAT a dit que ce chiffre est encore un chiffre descriptif, mais les analyses approfondies y afférents seront publiés en mars cette année.
Malgré tout la crise politique, qui a commencé dans le pays en décembre 2008, a laissé son impact négatif dans la réalité économique à Madagascar, surtout les aides internationales qui ont amorti la pauvreté dans le pays ont été coupées.
Il faut noter que Madagascar perçoit environ 600 milliards d’ Ariary d’aides internationales, constituant le 23% du budget de l’État chaque année (1 dollar vaut environ 2000 Ariary), selon le ministre des Finances et du Budget, Hery Rajaonarimampianina.