VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

mercredi 7 décembre 2011

Economie Madagascar: Secteur privé, l'Etat obéré de dettes

Madagascar-Economie - Le GEM demande à l'État de régler ses dettes. Il s'agit de l'une des dispositions pour la relance économique. Des arriérés cumulés. Les dettes de l'État envers le secteur privé sont énormes. Selon les informations émanant du Groupement des entreprises de Madagascar (GEM), elles concernent plusieurs secteurs, principalement le BTP et les entreprises franches. Pour cette dernière, l'endettement est de l'ordre de 7 milliards d'ariary fin août 2011. Elle provient principalement du non-remboursement de la taxe sur la valeur ajoutée. Cette situation a pris de l'envergure depuis le début de la crise.

« Le retard dans le remboursement de la TVA par l'État n'est pas une nouveauté, mais depuis la crise, il est devenu très important. Certains de nos membres avancent que le délai de remboursement n'est pas respecté, et que pour certains, le retard dépasse même les six mois », indique Joséphine Soanorondriaka Andriamamonjiarison, présidente du GEM. C'était hier, au cours d'une conférence de presse au siège du groupement à Ambohijatovo.

A court terme

Afin de faciliter le fonctionnement des entreprises, le groupement revendique le paiement de ces arriérés. Des membres se sont exprimés sur ce sujet lors d'une rencontre avec le Chef du gouvernement, Jean Omer Beriziky, une discussion qui s'inscrit dans le cadre de la relance économique, suite à la mise en place du gouvernement consensuel.

« Avec l'instauration d'un gouvernement consensuel dont la présentation a été assistée par la Communauté internationale, les opérateurs privés pensent qu'il est grand temps de se pencher sur le redressement économique », indique toujours la présidente du GEM. « Nous avons déjà été écoutés, et nous espérons une mise en oeuvre effective », poursuit-elle.

Outre le paiement des arriérés envers le secteur privé, d'autres mesures ont été avancées dans le court terme. Il s'agit, entre autres, de la résolution des problèmes de fourniture d'électricité par la Jirama, l'amélioration du transport aérien, ainsi que l 'élaboration d'un programme de libéralisation des prix des produits pétroliers après négociation avec les opérateurs du secteur.