VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

lundi 7 mars 2011

Transport Le syndicat des transporteurs menace

Les dirigeants du syndicat des transporteurs malgaches, hier à Ampasampito


Face à la hausse du prix des carburants, les transporteurs interpellent le gouvernement. Ils menacent d'augmenter les frais de transport en cas de non-considération de leur cas.
L'augmentation du frais de transport constitue un danger pour la société avertit Hery Rakotoarisoa, président du syndicat des transporteurs malgache (SEIMAMPAFI) hier, à Ampasapito. Mais, le contexte économique actuel oblige le syndicat à se réveiller. « La situation actuelle est insoutenable pour le professionnel du transport » se plaint-il. La fréquence d'une légère hausse du prix de carburant est, en fait, mal digérée par les transporteurs. Les autres charges fiscales relatives au transport public s'avèrent également « lourdes » pour eux. Ainsi le syndicat menace d'augmenter les frais de transport en cas de non considération du secteur du transport.
Traitement de faveur 
Aussi le SEIMAMPAFI demande un traitement de faveur de la part de l'État.
« Pourquoi le riz a-t-il été subventionné et non le transport ? Or ces deux éléments sont
essentiels dans la vie de la population », selon Jean Louis Rakotonirina, secrétaire général du SEIMAMPAFI. De plus, les transporteurs exigent que les subventions concernent toutes les coopératives. « La concentration des subventions aux transporteurs urbains et suburbains crée un malaise entre les professionnels », souligne ce dernier. Par ailleurs, la détaxation a été également soulevée par le syndicat. « Le renouvellement du parc automobile dépend essentiellement de la détaxation», intervient toujours Hery Rakotoarisoa.
Le syndicat promet, en contrepartie, d'améliorer le secteur du transport si leur demande est considérée.
« L'allègement des charges financières du propriétaire de véhicule atténue la pression sur son chauffeur, sur le versement quotidien. Il permet aussi de rénover le parc automobile, réduisant la fréquence des accidents routiers » argumente Robson Andriatsarafara, président de la coopérative Kofimanga.
Face à ces demandes, le ministère du Transport renvoie la balle au gouvernement. « La décision sur la subvention allouée aux transporteurs relève du gouvernement comme c'était le cas en 2008. Et la détaxation est l’affaire du ministère des Finances et du Budget », répond Rado Rajoelison, directeur général du Transport.