VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

mercredi 29 décembre 2010

Spectacle Rakoto, Bekoto et Aïna Quach, la grande rencontre


Aina Quach a charmé le public du Carlton.
Aina Quach a charmé le public du Carlton.
Le trio Rakoto, Bekoto et Aina Quach n'a décroché que vers 1 heure du matin lors de son concert du mardi soir au Carlton. Un spectacle plein de complicité et de charme.

Le public n'a lâché Bekoto, Rakoto et Aina Quach que vers une heure du matin. « C'est mon premier concert à Madagascar », lançait-elle avant sa première chanson. Et les surprises n'ont pas manqué. Rakoto ouvre le bal. Chaussé de baskets griffés « Converse » et un jean blanc. Pour son passage au pays, il a arboré le look alternatif des grands défenseurs de l'environnement.

Ses nouveaux morceaux laissent le public quelque peu éberlué. Rakoto enchaîne vite. Il conclut avec son morceau phare « Zandrikely ».

Cette fois, le public semble emballé malgré ses cordes vocales amoindries par la force de l'âge. C'est au tour de Bekoto de faire son entrée.

Il joue d'abord une partie solo avec ses musiciens. Il invite ensuite la jeune chanteuse à le rejoindre sur scène. Après deux chansons en duo, Bekoto lance sans prévenir son tube signature, « Lendrema ». Aina Quach, surprise et habituée aux titres folks softs, réalise qu'elle est en train de baigner dans le vrai feeling du groupe Mahaleo. Sûr de son effet, Bekoto joue tout en sourire.

Une chanteuse d'avenir 
Bekoto semble être séduit par les compétences de Aina Quach. « C'est rare de voir chez un chanteur ou une chanteuse une si grande plasticité vocale. Ce n'est pas un exercice facile de chanter Norah Jones par exemple, et sauter à la musique traditionnelle malgache après. Parmi ses atouts, elle a de l'intelligence. Une fille qui a vu les États-Unis, l'Europe, et qui s'exprime et ressent avec fierté la musique malgache, la musique de son pays. C'est quelque chose », reconnaît ce crooner du groupe Mahaleo.

Lors du concert au Carlton à Anosy de mardi. Aina Quach était entourée de Rakoto, de passage au pays, et de Bekoto. Durant ses morceaux, on sentait une Aina Quach bercée par les titres du groupe Mahaleo et Lolo sy ny Tariny. Les morceaux « Maninona e » ou « Neny tiako » sont revisités par sa voix langoureuse. Une oreille attentive pouvait sentir que son timbre vocal était encore sur la voie de la maturité. Les futures expériences y remédieront sûrement. Mais dans quelques années, ce serait étonnant de ne pas voir Aina Quach être l'une des meilleures voix du pays et même d'ailleurs.