VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

mardi 15 mai 2012

F. Viandier : « Je suis furieux de lire que Mada est une île non dangereuse. C'est faux ! »

 Franck Viandier a participé à de nombreuses courses nature avant de monter son agence de voyage, il y a dix ans.
Franck Viandier a participé à de nombreuses courses 
nature avant de monter son agence de voyage, il y a dix ans.





Suite au drame de Madagascar, Franck Viandier, organisateur de voyages au bout du monde, raconte son expérience.
« J'emmène des clients partout dans le monde depuis plus de 10 ans. Pour ma part, cela fait 7 ans que je ne vais plus a Madagascar, car ce pays est pour moi dangereux. Pire depuis ces 3 dernières années car la sécurité s'est détériorée. Avec mon épouse Maxilene, nous avons senti cette insécurité permanente. Nous avions organisé un voyage humanitaire pour une entreprise du nord de la France. Nous avons descendu la rivière Tsiribine en péniche afin d'apporter du matériel scolaire à des villages très pauvres, loin des routes. Les paysages étaient magiques mais nous avons été surpris par l'accueil des habitants. La nuit, on campait loin des villages et nos guides étaient très vigilants. Plus le voyage avançait, plus j'avais peur pour mes clients qui ne se rendaient pas compte du danger qui les entourait. A l'arrivée de notre périple, nous avions un transfert en 4x4 de plusieurs heures pour aller à Monrodave, au nord de Tulear. On a roulé en convoi et je suis parti en tête avec un des guides.

Armés de machettes

A mi-parcours, des arbres étaient en travers de la route car la veille, une tempête avait balayé la côte. Je suis descendu du 4x4 avec le guide pour dégager la route. Le convoi des clients suivait à 30 minutes. On s'est retrouvé devant quatre Malgaches armés de machettes, dont un avait une carabine.
Ils sont sortis de nulle part. Mon guide a alors sauté dans le 4x4 pour sortir son revolver. La situation était dramatique, j'ai cru au désastre. Mon guide, un ancien commando marine, leur a parlé. Ça a duré 5 minutes, il avait le revolver pointé sur le Malgache à la carabine... Ils ont disparu d'un seul coup.
J'étais furieux car j'avais compris qu'ils voulaient juste de l'argent. Je voulais payer, éviter ce western ! Mon guide m'a alors expliqué que cela arrivait tout le temps sur cette route. Et que s'il payait une fois, les attaques risquaient d'être plus nombreuses. Une demi-heure plus tard, les clients nous ont rejoints et ont fait des photos sans imaginer ce qui s'était passé. Je suis organisateur de voyages, j'aime faire découvrir la nature et il y a une règle quand on emmène les clients, c'est zéro danger.
Je suis furieux de lire que Mada est une île non dangereuse. C'est faux ! C'est sûr, il y a des pays plus dangereux encore en Afrique. Mais à titre de comparaison, je me suis senti plus en sécurité dans une favela au Brésil, où j'ai passé un mois, qu'à Madagascar. Le problème à Mada c'est que, si on n'est pas habitué, on peut ne voir que cette croûte superficielle... qui fait croire au paradis. Je pense que les deux Boulonnais avaient compris cela mais ils avaient investi dans cette île matériellement et spirituellement. Ils voulaient aller au bout de leur rêve et je les comprends. Moi, je vends du rêve mais je ne peux pas mentir à mes clients.
Alors il y a 7 ans, j'ai rayé Mada de la liste de beaux endroits naturels à visiter. Pas parce que l'île n'est pas belle. Juste parce qu'elle n'a pas de sécurité et que touristiquement, elle est réservée aux aventuriers qui n'ont pas peur de ce type d'événements. On est loin du tourisme classique... » •