VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

vendredi 19 novembre 2010

La face cachée du coup d’Etat

On ne sait qui a primé, mercredi, aux yeux de l’opinion : le référendum ou la tentative de coup d’Etat ? En tout cas, la mutinerie des quelques généraux et colonels, retranchés dans le camp de la BANI (base aéronavale d’Ivato) et celui de RFI (Régiment des forces d’intervention) qui refusent de se rendre ou de négocier, semble être minimisée par le public. D’ailleurs, le fait que le « redoutable » colonel Coutiti fasse partie des mutins, a déçu plus d’un, et par conséquent devait réduire à néant ce petit capital de sympathie à l’égard des putschistes… En effet, selon des rumeurs, au cas où le coup d’Etat aurait réussi, Coutiti sera nommé au ministère de l’Intérieur. En clair, il va régler ses comptes : des dizaines de personnes (principalement des personnalités TIM) seraient incarcérées et également des journalistes. Dieu merci, le coup d’Etat fut un échec.
Un échec qui n’a pas du tout été apprécié par des chefs de l’opposition, d’ici et d’ailleurs. Il a été, en effet, prévu que les mutins, dès leur première déclaration, ont reçu l’ordre de « transmettre le pouvoir à Raymond Ranjeva » (sic). Ce qui n’a pas été fait, car des dissensions auraient eu lieu au sein des putschistes à Ivato. Un colonel aurait même dit qu’il est « contre d’offrir sur un plateau d’argent, encore une fois, le pouvoir à un Merina, d’autant plus que l’homme en question est un illustre inconnu en province… » (re-sic). Vrai ou faux, on ne le sait exactement. Toujours est-il que la préparation du putsch a été, dès le début, mal conçue...
A l’heure où nous mettons sous presse, l’aéroport d’Ivato est fermé. C’est là une « victoire » des mutins, puisque c’est l’un de leurs objectifs : paralyser, ainsi, le transport aérien aura des répercussions néfastes sur le tourisme et le commerce international. Hier, des agents d’Air Madagascar regrettent le manque d’initiative du gouvernement, en vue de maintenir les activités de l’aéroport.
Que pense la communauté internationale de cette tentative de coup d’Etat. Pour l’instant, ni l’Union européenne ni les Etats-Unis, encore moins l’Union africaine n’ont régi. Seule la France a fait hier une déclaration, à bien des égards, laconique : « La France condamne la tentative de coup de force militaire à Madagascar et appelle les autorités malgaches à résoudre la mutinerie en cours « dans le respect des droits de l’homme », a déclaré, jeudi 18 novembre, le ministère des Affaires étrangères français. « Nous condamnons toute tentative de coup de force militaire, qui ne ferait qu’accroître la crise malgache. La tentative d’hier (Ndlr : mercredi), qui a eu lieu alors que se déroulait le référendum, n’a pas suscité à notre connaissance de mouvement militaire », a relevé lors d’un point de presse la porte-parole adjointe du ministère, Christine Fages. « Les autorités malgaches déclarent contrôler la situation. Il leur appartient de résoudre au mieux cette mutinerie dans le respect des droits de l’homme », a-t-elle répondu alors qu’elle était interrogée sur le soutien de la France à un éventuel recours à la force pour mettre fin à la mutinerie ».
Une telle déclaration est loin de résoudre la crise malgache ou de calmer les esprits. D’après certains proches d’Andry Rajoelina, « le Quai d’Orsay aurait dû se taire, au lieu d’avancer « des âneries pareilles ». De quels droits de l’homme s’agit-il, alors que l’opposition projetait d’éliminer physiquement le président de la HAT. Celui-ci, apprend-on, aurait échappé à un attentat mercredi, car il a voté plus tôt que prévu : à 8 heures 20 du matin, au lieu de 10 heures ou 11 heures… Selon des indiscrétions, cinq individus lourdement armés - dont une femme - à bord d’une 305 Peugeot grise et d’une 4 L beige (un taxi ?), se sont postés devant le bureau de vote où devaient se rendre le couple Rajoelina. Mais en vain. »
Hier soir, en tout cas, le député français Raoult (enfin un vrai ami des Madagascar) a déclaré sur LCI qu’il va interpeller le nouveau ministre des Affaires étrangères et aussi celui de la Coopération sur la nouvelle donne qui vient d’avoir lieu dans notre île, à l’issue du référendum. Ce parlementaire comme Jacques Blache (président de Madagascar Développement Plus), qui ont fait fonction d’observateurs internationaux du referendum laissent ainsi entendre que Paris ne doit absolument pas abandonner Madagascar... Mais que fait l’ambassadeur de France à Antananarivo ?
De toute façon, les forces hostiles à Andry Rajoelina, dit-on, ne désarment pas : « Ils auront, tôt ou tard, la peau de TGV… ». A bon entendeur…