VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

lundi 30 mai 2011

Andry Rajoelina durcit sa position


MADAGASCAR. Le festival de Santabary a été une occasion pour Andry Rajoelina de s'exprimer sur la situation politique actuelle, notamment sur la mise en oeuvre de la feuille de route, objet de la tenue du sommet de Gaborone. Pour lui, que ce sommet aboutisse ou non à la signature, le processus se poursuivra.

Le président de la Transition prévient les éventuelles modifications du déroulement du sommet de Gaborone. Selon lui, le sommet de Gaborone ne devrait pas être un obstacle à la mise en oeuvre de la feuille de route. «Le sommet de Gaborone devrait être la suite logique du paraphe de la feuille de route et devrait aboutir à sa signature définitive. Que cela ne soit pas changé. Nous estimons que ce sommet ne doit plus servir à des négociations. L'article 23 de la feuille de route qui stipule qu' «Aucun acteur politique malgache, partie prenante ou non à la feuille de route ne peut ni ne doit s'arroger un droit de véto à l'exécution de cette feuille de route durant la période de la transition» confirme l'impossibilité de cette éventualité», a-t-il précisé, samedi dernier, dans son discours. 

«Personne ne peut nous forcer» 

Dans ce sens, Andry Rajoelina a martelé qu'aucun pays ne pourra obliger Madagascar dans tel ou tel sens, notamment sur les conditions à pour qu'un chef de l'Etat puisse se porter candidat. «Plusieurs Etats en Afrique ont organisé des élections. Leurs constitutions respectives ne stipulent pas que le chef de l'Etat devrait démissionner de son poste soixante jours avant la date du scrutin. Alors pourquoi obligent-ils Madagascar à le respecter ?», a-t-il fait savoir. 

Lui d'ajouter qu'aucune négociation ne devrait plus se faire au cours de ce sommet du 5 au 8 juin. «Nous avons fait beaucoup de concessions. Nous avons accepté de mettre en oeuvre la feuille de route qui a été proposée par les médiateurs de la Sadc pour que nous puissions sortir de la crise par l'organisation d'élections crédibles. Si certains ne veulent pas participer au processus, qu'ils restent en dehors de la Transition , la nation n'a pas besoin d'eux. Si Gaborone n'aboutit pas, nous poursuivrons notre chemin. Plusieurs Etats nous soutiennent et constatent l'évolution de la situation qui prévaut dans notre pays en dépit du fait que nous soyons sanctionnés», a-t-il insisté avec un ton ferme. 

La position actuelle des dirigeants de la Transition semblent avoir changé. Si, au retour des différents voyages en Afrique, Andry Rajoelina et ses partisans ont déclaré le succès du lobbying qu'ils ont mené dans plusieurs Etats d'Afrique, actuellement, le président de la Transition semble émettre un doute à ce sujet. En effet, les chefs d'Etat des pays d'Afrique auxquels la délégation du président de la Transition a rendu visite ont pris acte de ce travail de lobbying sans pour autant promettre quoi que ce soit. Par ailleurs, le camp adverse pourrait mener la même action pour soutenir sa position. 

Dans l'hypothèse où les recommandations de Gaborone vont à l'encontre de la position de Haute autorité de la Transition et si le régime actuel persiste à poursuivre le processus, la situation de la Grande île pourrait encore stagner.