VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

mercredi 24 novembre 2010

le procès de Fetison Andrianirina reporté


Fetison Andrianirina (au centre), (Ph : Lexpressmada.com)
Le procès du chef de la délégation de la mouvance Ravalomanana, Fetison Andrianirina, de Stanislas Zafilahy et du pasteur Edouard Tsarahame qui devait se tenir mardi au tribunal d’Antananarivo, dans la capitale malgache, est reporté pour le 25 janvier 2011, selon une source judiciaire.
Selon le juge responsable de l’ affaire, la raison de ce report du procès était l’ absence injustifiée des trois inculpés au tribunal.
Toutefois, pour que les inculpés viennent au procès, un ordre d’ extraction doit être émis par le parquet aux responsables de l’ administration pénitentiaire où ils sont détenus. Pourtant, depuis samedi dernier, ces trois personnes sont restés introuvables, a indiqué leur avocat, Maître Hanitra Razafimanantsoa devant la barre et aucun ordre d’ extraction n’ a été remis.
Selon les dernières nouvelles, une caravane est prévue transporter Fetison et les deux autres inculpés de la prison de Fianarantsoa, une ville située à 430 km au sud de la capitale, vers Antananarivo, samedi matin. Mais aucune suite n’ a été donnée alors que normalement, d’ après Maître Hanitra Razafimanantsoa, on devrait la mettre au courant de tout déplacement de ses clients.
Le chef de la mouvance de l’ ancien président Ravalomanana, Fetison Andrianirina et ses partisans, d’ occuper un stade de rugby au centre ville de la capitale en vue d’ une manifestation le mercredi 10 novembre, et qui a été refusée à la dernière minute par le préfet de police d’ Antananarivo. Ils ont insisté sur le rassemblement et le commandant de la circonscription régionale de la Gendarmerie nationale à Antananarivo (CIRGN), le colonel Richard Ravalomanana, a procédé à leur arrestation pour "acte de déstabilisation en vue de perturber le déroulement du référendum du 17 novembre".
Leur arrestation porte également, à part la tenue d’ une manifestation illégale, l’ incitation à la destruction de biens d’ autrui ainsi que la prolifération de propos injurieux à l’ endroit des forces de l’ ordre dans l’ exercice de leur métier.