VAOVAO TVM MIVANTANA

TVM EN DIRECTE.

VAOVAO

.

.

VAOVAO

lundi 7 juin 2010

L'UE suspend son aide au développement

L'Union européenne devrait officialiser lundi 7 juin 2010 la suspension de ses aides à Madagascar, en raison de l’absence de solution consensuelle pour régler la crise politique. Même si les aides humanitaires et d’urgence sont maintenues, cette décision va lourdement peser sur l’économie malgache. En effet, plus de 500 millions d’euros devaient être versés sur 5 ans dans le cadre du 10ème Fonds européen de développement (FED).




Même si l’aide budgétaire avait déjà été coupée pour mauvaise gouvernance alors que Marc Ravalomanana était encore président, même si la majorité des bailleurs avaient suspendu leur aide dès la prise de pouvoir d’Andry Rajoelina il y a plus d’un an, l’officialisation des sanctions européennes est un coup dur pour le pays. Chaque jour qui passe rend la situation un peu plus difficile et la reprise n’est pas pour demain.

Noro Andriamamonjiarison, vice-présidente du Groupement des entreprises malgaches est obligée de se projeter à long terme concernant l’aide européenne : «D’après nos calculs et compte tenu des différentes procédures qui sont compliquées pour l’Union européenne, si on avait eu une reprise des activités, c’est-à-dire une solution politique dans le courant de cette année, le dixième FED aurait pu être mis en oeuvre à partir de 2012...» explique-t-elle.

L'Etat, qui a surnagé jusqu’à présent, pourrait avoir bientôt des problèmes de trésorerie et les projets de développement sont quasiment tous à l’arrêt. Le dixième FED comportait notamment une très grosse enveloppe pour les routes qui représentent un investissement à long terme. «Ca change la vie de la population qu’il y ait une route, ça c’est indiscutable. Je sais que beaucoup de détracteurs de Marc Ravalomanana disaient 'on ne mange pas les routes', certes, mais les routes permettent d’évacuer les récoltes, d’être en contact avec la grande ville, de pouvoir acheter, vendre etc, et là c’est l’impact majeur» précise Noro Andriamamonjiarison.

Les sanctions des bailleurs de fonds peuvent-elles contraindre à une reprise du dialogue politique inter malgache ? Pour l’heure ce sont les secteurs vulnérables de la population qui pâtissent le plus de la crise.





07/06/2010